medsba.hyperqcm.com est le nouveau lien du forum




Partagez
Aller en bas
avatar
wissem
Aspirant
Aspirant
Féminin
Age : 30
Niveau d'études : 5eme année médecine
Réputation : 12

default les pleurésies sérofibrineuses

le Lun 02 Mar 2009, 19:39
LES PLEURESIES
SEROFIBRINEUSES



I. Définition :
Les pleurésies sérofibrineuses sont des épanchements de liquide citrin, de type exsudatif, riche en
albumine et en fibrine, tendant à coaguler spontanément de composition cytologique variable, liés à une
inflammation de la plèvre.
Ces caractéristiques permettent d’opposer les véritables pleurésies exsudatives aux hydrothorax,
simples transsudats de nature mécanique, pauvres en albumine. Cependant en pratique, les cas limites ou
intermédiaires entre exsudats et transsudats ne sont pas rares.


II. Fréquence –étiologies et physiopathologie Ce sont les plus fréquents 70 à 80% .ce chiffre s’est encore accentué par la rare faction des
pleurésies purulentes depuis les progrès et l’utilisation quotidienne des ATB.
Les lésions pleurales dépendent en partie de l’affection causale mais certains aspects sont
communs à toutes les étiologies.
- des phénomènes congestifs
- l’inflammation est responsable - de l’œdème
- de l’exsudation fibrineuse
- l’abondance est parallèle à l’importance du inflammatoire.
- la fibrine peut se résorber ou, plus souvent, subir une organisation conjonctive par pénétration,
ainsi se forme un épanchement important et une symphyse plus complète des 2 feuillets de la plèvre.
- parallèlement à l’exsudation liquidienne se produit une érythrodiapédèse et une prolifération
desquamation de cellules pleurales, essentiellement des histiocytes.
Mécanisme de production de l’épanchement : 4 processus peuvent être respectivement en cause ? de la P° dans les capillaire sanguins et les lymphatique sous-pleuraux. ? de la P° oncotique du sang. atteinte anatomique de la plèvre par processus infectieux, tumoral, vasculaire ou traumatique...
aire ? de la P° negative intrapleurale ? à une atélectasive .

III. Diagnostic positive
Circonstances de découverte : sont diverses

a) Le plus souvent brutal : fait de signes fonctionnels.
- douleurs thoraciques : quasi constante, bloquant la respiration, exacerbées par la toux, le
décubitus latéral du côté de l’épanchement.
- toux : sèche, quinteuse, apparaissant aux changements de position.
- dyspnée : fonction de la douleur (polypnée superficielle, et de l’importance de l’épanchement.

b) Pleurésies fibrineuses de manifestation trompeuses :
- Douleurs abdominales
- Signes généraux : fièvre, altération de l'état général

c) Enfin de façon latente :
Découvertes systématique ou lors du bilan d’une pathologie à distance.

- Examen clinique : caractérisé par la triade caractéristique.
- ? ou abolition du M.V.

- ? ou abolition des V.V.

- matité franche à la percussion .Elle est hydrique de bois, résistante au doigt, déclive, dont la limite
supérieur décrit la courbe de damoiseau qui tourne dans l’aisselle.
Autres signes :
- ampliation ? de l’hémithorax.
- souffle pleurétique, doux, voilé, lointain, expiratoire, inconstant, à la limite supérieur de
l’épanchement.
- un frottement pleural (bruit sec de cuir neuf, aux 2 temps de la respiration) et disparaissant en
apnée.

IV. RADIOLOGIE :

A. Rx thorax face : Epanchement de moyenne abondance :
Opacité franche et homogène comblant totalement le cul de sac costo-diaphragmatique la limite
supérieur floue, concave en haut et en dedans se prolongeant profondément vers l’apex par une ligne
bordante.
Epanchement de grande abondance :
L’opacité occupe tout un demi-thorax refoulant les organes du médiastin : trachée, pointe du cœur.
Epanchement minime
Comblement du cul de sac costo- diaphragmatique dans ce cas on peut recourir à la radio en position
de décubitus latéral (ponction de Muller), le liquide remonte dans l’aisselle et donne une opacité à
limite horizontale.

B. Rx profil :
Le diaphragme est effacé du coté atteint (signe de la silhouette) une seule coupole est visible.
Remarque : * si opacité arrive au niveau de l’épine de l'omoplate =2 litres
* si elle atteint la pointe de l'omoplate= 1 litre
* si opacité total = 3 litre

C. La tomodensitométrie thoracique (TDM)
Outre l’étude de l’opacité de densité hydrique, de la position, elle permet d’apprécier après évacuations
les éléments mdiasteno-pleuro- pulmonaires.

D. Ecographie pleurale :
Les ultrasons se propagent facilement en milieu liquidien, le guidage de la ponction est possible

V. La ponction exploratrice

Geste fondamental, effectuée au lit même du malade, parfois de première intention avant tout autre
investigation complémentaire .Elle est réalisé pleine matité après une bonne désinfection des mains de
eme eme
l’opérateur et de la peau du malade. Le plus souvent entre le 7 et 9 espace intercostal en AR (sujet en
ponction assise) après anesthésie locale.
Elle authentifie le DGC et affirme le caractère sero-fibrineux de l’épanchement en retirant un liquide clair,
citrin, poisseux, il coagule plus rapidement l’étude cyto-chimique le montre. riche en en albumine (plus de 30g / l) et en fibrine, rivalta + LDH > 280UI riche en cellules L’étude cytologique et bactériologique du liquide systématique, a un intérêt étiologique.
Biopsie pleurale
Réalisée a l’aide de l’aiguille d’Abrams les prélèvements sont réalisés a l ‘aide d’un système de
guillotine.
Brillante dans la tuberculose elle l’est beaucoup moins en cas de cancer, notamment lorsque la pleurésie
est récente.
VI. DIAGNOSTIQUE DIFFERENCIEL
Condensation pulmonaire: la matité est localisée et les râles crépitant évoquent l’atteinte
parenchymateuse Atélectasie étendue : par son silence respiratoire peut simuler une pleurésie à la radio: il existe une
rétraction Pachypleurite : avec ascension de la coupole phrénique

VII. EVOLUTION:

Dominée le plus souvent par l’étiologie et peut comporter Résorption rapide : avec minimum ou absence de séquelles La constitution de symphyse : plus étendue Passage à la purulence : annoncé par la transformation de la Formule cytologique ( ? PN plus altérés ) passage progressive à la chronicité;

VIII. FORMES CLINIQUE

Formes topographiques : Les pleurésies diaphragmatiques :
Sont très douloureuses et s’accompagnent souvent d’un hoquet avec
dyspnée intense par paralysée fonctionnelle de la coupole.
L’aspect radiologique est celui d’une surélévation de la coupole diaphragmatique avec conservation du
cul de sac costo- diaphragmatique latéral.
Le diagnostique est confirmé par les « incidences positionnelles »
notamment le décubitus latéral du coté de l’épanchement.
Les pleurésies médiastinales :
Donnent des douleurs retro sternales, dyspnée, cyanose, toux, dysphonie, dysphagie
Radio : opacité en bande paramédiane plus large ou triangulaire para cardiaque.
L’absence de traduction sur la radio de profil est un argument diagnostique très suggestif.
Les pleurésies inter-lobaire :
notamment chez les cardiaques
Radio face : - image floue et mal limité évoquant une pneumopathie ou
- image arrondie pseudo tumorale.
Radio profil : montre sur le trajet de la scissure une image en bande, en
fuseau, en lentille biconvexe, ou en raquette, très évocatrice.
Les pleurésies enkystés de la grande cavité
axillaire – postérieurs ou apicales

IX. FORMES ETIOLOGIQUE

A) Les PSF tuberculeuses

a) La PSF autonome dite « a figoré » :

Elle survient chez l’adolescent ou l’adulte jeune, dans les suites d ‘une primo infection méconnue ou à tort
non traitée.
Son début est variable ; souvent brutal et typique, il peut être trompeur, progressif ou insidieux
1) Les arguments du diagnostic :
a) Les éléments de présomption sont :
Interrogatoire Absence de BDG ou de son contrôle

P.I. récente Cantage familial, scolaire ou professionnel Altération de l’E.G : fièvre, anorexie, amaigrissement, sueurs nocturnes
Réaction cutanées

A la tuberculine (virage récent +++ )

Liquide pleural
Riche en protéines, pauvre en glucose à 0,80 g/l Riche en cellules avec lymphocytose majeure (ni spécifique ni constante)

b) Les éléments de certitude :
La présence de BK : exceptionnelle à l’examen direct, plus souvent positives à la culture.
- Surtout la ponction biopsie pleurale qui révèle la présence de follicules tuberculeux (75% des cas).
2) Bilan : plèvre controlatéral Poids – O° - VS péricarde Rechercher une dissémination péritoine
méninges Etude de sensibilité du BK


3) Entreprendre le lit : - une guérison rapide de la plèvre
Son intérêt est triple il permet : - prévient les séquelles pleural
- et la dissémination


b) Les autres pleurésies tuberculeuses :

- pleurésie contemporaine d’une P.I rare

- pleurésie contemporaine d’une miliaire
tuberculeuse hématogène souvent bilatérale,
Selon la tuberculose parfois hémorragique et dont la faible
abondance contraste avec la mauvaise tolérance

- pleurésie contemporaine d’une tuberculose
pulmonaire avec lésion parenchymateuse.



* pleurésie tuberculeuse du sujet âgé :
volontiers torpide, de DGC difficile avec une
Selon le terrain néoplasie intérêt de la biopsie.

* pleurésie chez un ancien tuberculeux fait penser
à une rechute.

b) Les pleurésies sérofibrineuses néoplasique :

Elles sont aussi souvent à liquide clair qu’hémorragique
Les pleurésies néoplasiques secondaires à un KC viscéral :
- facile lorsque le KC est connu.
- difficile lorsque la pleurésie est révélatrice.
La malignité est évoquée devant :

*Cliniques : âge avancé, AEG, épanchement récidivent et abondant passant rapidement vers la
sérohématité.
* Radiologiques : association à l’épanchement * image hilaire
* atélectasie
* lâcher de ballon
* Les éléments de certitude sont fournis par :
- la cytologie du liquide pleurale.
- la biopsie pleurale.
Le mésothéliome pleural ou .KC pleural primitif :
Évoqué devant une exposition à l’amiante existence de douleurs vives .
Radio: feuillets pleuraux sont festonnés, hérissés de bourgeons sessiles .
Le liquide est riche en acide hyaluronique
Le Dgc : confirmé par la biopsie.


c) les PSF infectieuses non tuberculeuses :
1) PSF virales :
- rare presque toujours associées a une pnp
- début brutal, fébrile, sans prodromes
- épanchement peu important souvent associés à une péricardite
- la formule est panachée.

Les virus en cause : de la grippe, mononucléose infectieuse, mycoplasme, agent de l’ornithose, fièvre Q.
Diagnostic : sérologie, virale (+) avec ? des taux d’AC significative à 15 jours d’intervalle.

2) PSF BACTERIENNES :
* toutes les pneumonies et suppuration broncho- pulmonaire.
* septicémies, typhoïde.
* RAA (inter lobaire en galette).

3) PSF PARASITAIRE :
- La pleurésie amibienne +++ surtout réactionnelle à des foyers parenchymateux.
- Ascaridiose, distomatose pleurésie à éosinophile

D) LES PSF D’ONGINE CARDIAQUE : VASCULAIRE

1. L’embolie pulmonaire :
Notion de phlébite radio : image d’infarctus pulmonaire
Point de côté, crachat hémoptysique, angoisse.

2. Autres épanchements d’origine C.Vaire
à la limite du trausudat et exsudat
OA pleural (a évacuer d’extérieure d’urgence)
OAP : IVG décompensée.

E) AUTRES CAUSES :

Hodgkin +++
1) Hémopathie : leucemie
lymphoreticulosarcome
kahler – waldenstrom
maladies bull simmers



2) Collagénose : - LED
- PAN( périarthrite noueuse)
- sclérodermie
- polyarthrite rhumatoïde

3) Asthme : éosinophilie pleurale et sanguine

4) Syndrome de Démons nerfs : associe une ascite ,fibrome vde l'ovaire et
épanchement pleural transudatif

5) Affection sous diaphragmatique
à droite : affection hépatique
à gauche : affection pancréatique -pancréatite aigue
-pancréatite chronique
-cancer du pancréas

Côté indifférent : abcès sous phrénique :ookk:
Invité
Invité

default Re: les pleurésies sérofibrineuses

le Mer 02 Sep 2009, 00:18
:ettdd: merci ma belle
avatar
mimi1989
Connaisseur
Connaisseur
Masculin
Age : 28
Niveau d'études : 4eme année médecine
Réputation : 12

default Re: les pleurésies sérofibrineuses

le Ven 04 Sep 2009, 11:48
avatar
moi -ana
Aspirant
Aspirant
Masculin
Age : 29
Niveau d'études : médecin spécialiste
Réputation : 0

default Re: les pleurésies sérofibrineuses

le Mer 21 Avr 2010, 21:43
mer'ci
Invité
Invité

default Re: les pleurésies sérofibrineuses

le Mer 22 Juin 2011, 02:41
merci
Contenu sponsorisé

default Re: les pleurésies sérofibrineuses

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum